Chroniques littéraires

La Voleuse des Toits, Laure Dargelos

Auteure : Laure Dargelos| Genre(s) : Fantasy / Dystopie / Mystère / Romance | Nombre de pages : 675 | Autoédition | Parution : Février 2019
Trouvable sur le site de l’auteure (Broché avec dédicace
nJ13VywMc1neNLeN3kMWkivm6MM : 20€ )
et sur Amazon ( Broché 20
)

Résumé :
« Véritables piliers de la société, les règles écarlates ont prohibé toutes formes d’expression : l’art, la littérature et la musique n’existent plus. Chaque jour, la milice multiplie les exécutions pour asseoir l’autorité du régime.
Dans ce monde totalitaire, Éléonore Herrenstein, une jeune aristocrate, s’élève contre l’ordre établi. Demoiselle respectable le jour et voleuse la nuit, elle espère rejoindre la rébellion pour renverser le gouvernement. Hélas, la voilà brusquement fiancée à l’un des hommes les plus puissants du royaume. Qui est donc Élias d’Aubrey, cet être impénétrable qui semble viser le pouvoir absolu ? Un étrange secret ne tarde pas à ressurgir du passé, un mystère qui entoure une toile peinte un demi-siècle plus tôt.
Éléonore ignore encore que sa quête l’entraînera bien plus loin qu’elle ne l’imagine. Dans un voyage au-delà du possible… »

2copmia Mon avis :
Avant toute chose, j’aimerais tout d’abord remercier Laure Dargelos qui m’a accordé sa confiance pour ce Service Presse yellow-heart_1f49b Mille mercis pour cette superbe lecture, mille mercis pour votre gentillesse !
J’ajoute que cet article sort pile poil pour l’anniversaire du premier mois de sa sortie officielle clapping-hands-sign_emoji-modifier-fitzpatrick-type-4_1f44f-1f3fd_1f3fd

J’ai été plus que surprise et touchée par cette lecture, je ne m’y attendais pas…

Le livre – sans pseudo poétisme – donne des frissons. Et je n’ai – à aucun moment – pu prédire ne serait-ce qu’un bout de la fin… ou les trois pages à venir.
L’intrigue est complexe – dans le sens de très travaillée. Elle ne se limite pas aux aventures de la petite voleuse surnommée Plume. Elle va beaucoup plus loin…
Comme des rouages qui s’imbriquent et articulent une mécanique retorse et fabuleusement ingénieuse, les différents évènements se répondent à un moment… ou un autre.
Comme une horloge, les engrenages s’actionnent et entraînent l’histoire avec grande minutie.
Il y a un complot et des révoltes, une enquête (ou plutôt plusieurs) et les clefs sont délivrées au compte-gouttes…
On se fait d’ailleurs leurrer plein de fois. Parce que les choses sont présentées par le biais d’un personnage, qui a un affect, qui dit la vérité, ou ment… on ne sait jamais.

Il y a une histoire d’amour mais elle n’a rien de clichée. Elle commence perverse (non pas dans le sens de libidineuse ou quoi, mais parce que c’est un jeu de haine plutôt !) et on ne s’attend pas à ce qu’elle devienne aussi belle au fur et à mesure des pages.
J’ai aimé qu’elle soit déployée ainsi, lentement. Elle n’en est que plus touchante, plus réelle, plus profonde.

Le voyage dans le temps, enfin les voyages, crée(nt) en toute logique des conséquences, étant donné que ce sont des boucles mais c’est exploité pour tordre et retordre l’histoire. Comme si, par un détail, on pouvait passer du miracle au bain de sang… Parce qu’un personnage en remplace un autre, parce qu’un aveu est fait ou non, etc…

Il y a des moments horribles aussi. Par exemple des exécutions. On va jusque entrer dans la pensée ceux qui montent sur l’échafaud… on a leurs mots, leurs derniers espoirs…
Il y a des moments « mignons » avec des complicités qui se forment, ou l’amour qui commence enfin à pointer le bout de son nez…
Des surprises avec les secrets déterrés… ou enterrés.
Il y a des moments de réflexions sur l’art, sur la liberté, sur le bonheur.

Avec les voyages dans le temps, c’est un peu comme si on envisageait plusieurs fins possibles, et vécues, et la dernière – celle qui fige l’histoire, est juste… wow.
Ils étaient un prétexte, un motif, pour explorer l’histoire en elle-même : changer un détail et voir comment l’histoire dérape – ou se rétablit ; comment pour un objet disparu, une personne avertie, tout change et laisse, avec les mêmes personnages, entrevoir nombre de possibles. Certains sanglants et horribles, d’autres heureux… J’ai trouvé cela très intelligent. Et à lire, il n’y a pas du tout l’impression de rejouer un film répétitivement (et avec ennui) loin de là !

Les personnages, quels qu’ils soient, sont importants.
L’adjectif « secondaire » est tout relatif. Oui, Éléonore et Élias sont centraux, et c’est d’abord eux que l’on suit. Mais les autres se retrouvent et sont des clefs tout aussi décisives.
Avalon, Pandore, Pipo même ; Jack, mais aussi Archibald le vieil aveugle, Frédérion, entre bien d’autres…
Et tous, absolument tous, étaient incroyablement complets.
Une des choses que j’aime par-dessus tout lorsque je lis, c’est de pouvoir m’attacher aux personnages.
Laure Dargelos a fait plus… Elle n’a pas de personnages. Elle a des personnes. Quelle différence ? Ses personnages ont des rêves, des blessures, des peurs, des sentiments, des convictions… ils semblent réels.
Plume est l’espoir et la liberté. Elle est intelligente, un peu têtue, attachante, douce et un poil fragile aussi… Mais elle grandit, change. S’affirme. Se blesse. Se relève.
Élias est d’une incroyable intelligence, mais si on ajoute qu’il est autant suffisant et froid, on pourrait croire qu’il serait insupportable… or je l’ai aimé. Littéralement… Lui aussi se révèle. Les gens sont parfois infiniment complexes ; leur passé justifie le masque qu’il porte, qu’il soit bon ou mauvais. Il était fascinant dans sa complexité.  …Oh, et, j’adore ces moqueries et son ironie aussi. A-t-on idée d’être aussi juste et agaçant ?
Mais aussi Avalon, Pandore, et les autres princes qui voulaient la liberté de vivre, cesser les mensonges ; Jack qui a peut-être plus de morale que le laisse croire son amour pour sa bourse ; la tendresse qui entoure le petit Pipo… Frédérion qui rêve d’épouser Plume et qui est adorable et fidèle…
Dariel et son amie…
Et d’autres que je ne puis citer sans attirer l’attention.

Je me suis attachée à eux. Alors, quand l’auteure fait d’eux les acteurs de tragédies, de comédies, ou d’épisodes fabuleux… Je ne peux qu’éprouver de la sympathie, dans le sens premier du terme.
Lorsque l’un d’eux est à un moment poignardé par une d’épée, j’ai bien cru que je me l’étais prise au travers du livre dans le même geste. Cela faisait mal, je n’étais pas d’accord, pas maintenant ! Surtout pas avec ces derniers mots, cette dernière volonté… non !

Je ne pense pas exagérer, sincèrement, en disant avoir adoré. Je sens l’immense travail pour construire cette œuvre et ne peux que le saluer.

Sur la fin… J’ai pleuré. Beaucoup. Et l’épilogue aussi.
Cette lecture m’aura fait éprouvé toutes les nuances de sentiments possibles. J’ai hoqueté de stupeur, ricané comme une vilaine, tremblé d’émotion…

L’auteure a réalisé les trois « tours de magie » de la littérature, les plus beaux qu’ils soient : donner vie [aux personnages], attraper le lecteur dans son monde, et le toucher en plein dans l’âme et le cœur…
Avec la simple beauté d’une histoire.

En résumé, c’est une lecture qui nous happe complètement, qui joue avec notre cœur, et déroule un mécanisme tortueux et surprenant…
Il m’est rare de « tomber amoureuse » d’un livre. Je peux aimer, aimer beaucoup, mais…
Clairement ce livre-ci est un coup de cœur livresque. Totalement. yellow-heart_1f49b
Pour m’avoir fait rêver. Pour m’avoir fait passer par toutes les sensations et réactions possibles, même (surtout ?…) si j’ai aussi versé des larmes. Pour m’avoir surprise plus d’une fois.
… Et pour l’histoire d’amour aussi, qui est si belle…

Encore merci à Laure pour sa plume… 

Et vous, avez-vous lu ce livre ? En avez-vous envie ?
Dites-moi tout !
Petit plus :

Si vous êtes curieu.x.ses n’hésitez pas à voir le site interactif créé pour cet ouvrage : plus qu’intriguant, il donne aussi un visage aux personnages grâce à des illustrations et une animation… ~

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s