Chroniques littéraires

Promenons-nous dans les bois, de Gwladys Viscardi


ob_a90cd7_promenons-nous-dans-les-bois-1129246.jpgAuteure : Gwladys Viscardi| Genre(s) : Réécriture de conte de fées / Fantasy / Mystère | Nombre de pages approximatif : 480 | Autoédition | Parution : 2018
Trouvable sur Amazon (16,50
Broché / 4,99 Kindle) ~

Synopsis :
« L’existence de la jeune Elfée se voit bouleversée le jour où sa sœur aînée, malheureuse victime de ce que l’on pense l’attaque d’une bête sauvage, connaît une fin tragique au sein de la forêt, où d’aucuns d’ordinaire ne s’aventurent sans méfiance. Ce n’est qu’avec l’aide de Ma’a, l’herboriste du village qui fait d’elle son apprentie, qu’elle parvient à surmonter sa crainte des bois, pour embrasser la sensation de sérénité et de liberté qu’elle éprouve dans ce monde où disparaît la conscience de sa différence. La jeune fille ignore que l’intérêt que lui porte l’herboriste n’est pas sans arrière-pensées, et lorsque celle-ci jusqu’ici solitaire commence à fréquenter Loup, dont les intentions pourraient ne se révéler tout à fait honorables, la vieille femme considère là un frein, une atteinte, à ses desseins. »

2copmia Mon avis :
Avant toute chose, j’aimerais tout d’abord remercier Gwladys Viscardi qui m’a accordé sa confiance pour ce Service Presse yellow-heart_1f49b Mille mercis pour cette superbe lecture !

J’aimerais noter aussi, que outre le résumé qui m’avait sérieusement fait de l’œil tant il était mystérieux, la couverture m’avait tout simplement charmée. Elle est absolument sublime, non ? yellow-heart_1f49b Cette ombre dans les fourrés, vaporeuse, qui fait face au chaperon… rouge ! qui se détache dans cette forêt comme tache de sang déjà…
Et l’écriture travaillée du titre est très belle aussi !
Magnifique écrin pour une histoire fabuleuse.

Le style d’écriture est un vrai bijou. Unique. Alors certes les phrases sont longues, amples, complexes ; mais si on les lit tranquillement, avec attention, il devient clair qu’elles sont superbes. Je salue la richesse du langage. C’était magnifique à lire, tout simplement.

L’intrigue est réellement prenante : on est sans cesse porté d’un enjeu à un autre, d’un objectif à un autre, d’une révélation à une autre ; on est tenu en haleine tout du long… tout en se laissant peu à peu guidé vers ce qui apparaît bientôt comme le vrai fil de l’histoire. Le mystère s’épaissit, semble s’éclaircir, se complique, avant d’entamer une résolution finale que nous n’avions pas imaginée un instant en ouvrant le roman.
Le conte est également bien là, en filigrane évident – l’importance de la capuche rouge de la jeune fille, le loup, la vieille femme et les interdits, les allées et venues dans les bois, même le panier…
Mais il est transformé pour une intrigue à la fois ensorcelante tant la lecture est  entraînante et pleine de mystère.

J’ai trouvé les personnages complexes et fascinants.
   Elfée, tout d’abord, bien sûr : jeune fille au caractère fort, indépendant, elle est audacieuse, voire réellement insolente et effrontée car elle n’hésite pas à braver les interdits, surtout ceux de Ma’a, justement pour la tentation de l’interdit…
Mais elle est aussi sensée, et lucide. Si elle apparaît comme une rebelle au début, c’est bien une jeune femme réfléchie qui devra faire face à des événements, des dangers et des dilemmes qui agira.
   Loup ensuite. Il est quelqu’un qui apparaît de prime abord seulement intéressé et pressant. Or il s’avère, en plus de mystérieux par son lourd secret, qu’il soit bien plus proche d’Elfée…
   Ma’a enfin. Une véritable énigme ! Absolument mystérieuse. On met longtemps, très longtemps à comprendre ce qu’elle mentionne toujours si brièvement ; cette « tâche toute destinée à Elfée », pour laquelle elle veille si bien à la préparer. On ne sait pas toujours ce qu’elle pense, tout comme elle ne dit pas souvent assez pour éclairer Elfée… ou nous d’ailleurs. Mais c’est toujours assez pour nous intriguer davantage…
De même, j’ai grincé des dents pour un certain Sire qui me donnait les mêmes impressions qu’Elfée mais qui a réussi à me prendre au dépourvu ; la famille de Loup faisait chaud au cœur et formait un incroyable contraste avec la froideur presque calculatrice de celle d’Elfée (comment peut-on haïr autant son enfant? Uniquement parce qu’il ne représente pas à ses yeux ce que l’on veut ? Oui, et je suis bien placée pour le savoir… et je comprends la révolte lasse d’Elfée à leur égard). Rose aussi, m’a beaucoup touchée, même si on la voyait peu, elle est inoubliable.

La relation entre Elfée et Loup est à la fois centrale et effacée.
Centrale parce que cela noue des liens incroyablement forts entre les deux personnages, en un amour qui se construit lentement ; effacée – dans le bon sens du terme – car leur histoire se déploie progressivement, avec quelques touches tendres, quelques unes passionnées… Rien de niais. Les « je t’aime » ne sont pas des mots jetés comme des fleurs artificielles. Rien d’exubérant, ou étouffant pour l’intrigue du tout.
J’ai donc beaucoup aimé lire leur rapprochement.

En résumé, une histoire qui nous emmène au-delà du conte pour une promenade dans les bois toute différente…

Et vous, avez-vous lu ce livre ? Que pensez-vous de l’idée de reprendre les contes ?
Dites-moi tout !

2 commentaires sur “Promenons-nous dans les bois, de Gwladys Viscardi

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s