Chroniques littéraires

Les Anges oubliés, Graham Masterton

Auteur : Graham Masterton | Genre :  Horreur | Nombre de pages approximatif :  360 | Livr’S Éditions | Parution : Juillet 2020
Trouvable sur le site de la maison d’édition

Résumé :

« La majorité des enfants sont bénis… d’autres, maudits. Et certains n’auraient jamais dû naitre du tout.

Dans l’obscurité des égouts, beaucoup de ces enfants oubliés survivent malgré tout. Gemma aime son travail, elle s’occupe des égouts du XIXe siècle avec passion, même quand un grassberg vient les bloquer. Un jour, elle découvre que les créatures les plus dangereuses qui infestent les égouts ne sont pas les rats. Elle fait alors appel au détective Pardoe et au sergent Patel, tous deux expérimentés dans la résolution de crimes étranges et terrifiants. Mais sauront-ils faire face à la mère de toutes les horreurs ? »


2copmia Mon avis :

Un immense merci à Livr’S Éditions de leur confiance pour ce service presse tumblr_m9gcuvmluS1qzckow
J’ai l’habitude de lire des romans policiers dont certains sont assez sombres, des thrillers aussi mais Les Anges oubliés est empreint d’une telle noirceur… C’était incroyable.
Ne vous attendez pas à être ménagé.e.s !
Une intrigue retorse et une cruauté exemplaire sont de mise dans ce roman !
De fait, chères âmes sensibles, passez votre chemin… Exclamation - je réclame votre attention - nouveauté
Je me suis complètement écartée de mes lectures habituelles pour plonger dans une enquête sanglante et perturbante.
L’ambiance horrifique est oppressante voire franchement glauque par moments.
Les descriptions des blessures infligées aux uns, le meurtre pur et simple d’autres, ou encore  des petits «anges oubliés» sont impressionnantes à lire (à mon sens !) – frôlant la fascination morbide je dirais, c’était horrible, cru, mais tellement bien écrit !…
Entre tueur psychopathe ou entité vengeresse, hallucinations sordides ou créatures génétiquement monstrueuses, les égouts sont le couloir de bizarreries inexplicables. Est-ce la folie qui gagne Londres, ou un véritable danger se terre dans les boyaux de la ville ?
Une sorte de caillot dans une veine d’égout, une équipe partie le dégager… Et des évènements qui commencent à dégénérer.
Le roman commence en présentant des épisodes qui s’entre-croisent, sans qu’ils n’aient l’air d’avoir de rapports flagrants. Et pourtant si, un fil rouge se dessine petit à petit.
Nos policiers amateurs de surnaturels vont devoir remonter jusqu’à la source de ces actes étranges et violents, en dégageant les similitudes dans les épisodes chaotiques qui secouent Londres, de ces hôpitaux « hauts de gamme » à ces quartiers ethniques.
L’un des thèmes est la maternité – allant de pair avec celui de l’avortement.
Il est à la fois question de l’abandon d’un enfant — pour celles trop jeunes qui doivent se débarrasser de l’embryon car la grossesse n’était pas prévue et n’aurait jamais été acceptée (par les parents/la société), par celles qui ont été violées et ont malheureusement engendré de ce rapport, celles qui ne veulent pas porter la vie et veulent se donner le temps avant d’avoir un enfant ; mais aussi de l’amour d’une mère pour son engeance même lorsque celle-ci est malformée, trop fragile.
Et bien sûr, sur ce point, je ne peux pas ne pas mentionner cette «mère» des atrocités qui sèment la terreur autant que la perplexité et la pitié. Elle protège ses petits et veille à ce qu’on ne les touche pas…
La mention de cette figure « maternelle » – très floue certes – m’avait intriguée dans le synopsis.
Je pense sans trop me tromper dire que le roman est divisé en deux grandes parties – la première avec les évènements épars, la seconde avec l’enquête et la résolution du mystère.
J’ai préféré de loin la seconde, lorsque les premiers indices émergent et que la réponse se profile lentement: l’histoire prend vraiment une direction que j’ai appréciée !
Les dernières pages sont glaçantes, énigmatiques…
En résumé, il s’agit d’un roman sombre, sans détour sur la violence qu’il évoque, sans fard sur les thématiques qu’il aborde – celle de l’avortement surtout. L’enquête tortueuse est extrêmement bien maîtrisée, et prend une tournure très intéressante dans la seconde partie du livre. Très dark, mais vraiment génial !
Et vous, connaissiez-vous ce roman et sa maison d’édition ? Vous intrigue-t-il ?
N’hésitez pas à me dire en commentaire ce que vous en pensez ou si vous l’avez lu clin-doeil-coeur

3 commentaires sur “Les Anges oubliés, Graham Masterton

  1. Très belle chronique ! Par contre petite info les romans Livr’s ne se trouvent pas du tout par Amazon mais bien uniquement via le site de l’éditeur. Amazon les référence sans permission et l’editrice doit constamment les rappeler à l’ordre. C’est mieux de renvoyer les gens directement sur la maison d’édition ☺️

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s