Chroniques littéraires

Absinthes & Démons, Ambre Dubois

Auteure : Ambre DUBOIS | Genre : Fantastique | Nombre de pages approximatif :  180 | Éditions du Riez | Parution : 2011

Résumé :

« Qui est réellement Lord Nermeryl ? Le diable, comme le laisse sous-entendre la rumeur ? Ou un jeune dandy un peu trop excentrique dont le passe-temps morbide est d’enquêter sur des affaires surnaturelles ?

Au fil des énigmes, en compagnie de sa fidèle compagne, la Corneille, le jeune homme goûte la saveur des âmes des êtres humains, découvrant les travers de l’humanité et y apportant sa propre justice… d’une manière bien singulière… »


2copmia Mon avis :

J’ai trouvé ce recueil dans une boutique d’occasion, et j’étais assez curieuse de lire des nouvelles. Je lis des contes, je lis des one shot, mais pas de nouvelles !
Ou je l’ai fait il y a bien longtemps quand j’avais lu Edgard Allan Poe… (qui a d’ailleurs un petit rapport avec ce livre ! clin-doeil-coeur)

L’idée de mystères paranormaux m’a séduite, d’autant plus que le personnage qui se tient sur la couverture est charmant uYA5m-IBmO8jSdyhdJH1uISp0SU

La plume est très belle, très fluide, par moments même poétique. J’aime énormément les titres des différentes nouvelles. La première en particulier, qui s’intitule « De nacre et d’écarlate » ; elle doit sans doute être ma préférée de toutes tumblr_m9gcuvmluS1qzckow

Le personnage qui sert de dénominateur commun à toutes les nouvelles du recueil est Jorian, le lord détective. C’est un jeune homme fier et arrogant, élégant, charmeur aussi.

La compagne du jeune homme est une oiselle singulière. Elle l’accompagne dans ses missions et investigations surnaturelles, lui rapportant parfois des indices, parfois en le blâmant sur sa conduite. La Corneille est un peu soupe au lait et semble veiller sur Jorian autant par devoir que par attachement…
Elle reste un mystère à part entière : qui est-elle ? et qui est-elle pour le lord ? pourquoi est-elle douée de parole ? est-ce un oiseau magique, ou une entité plus complexe ?
A chaque nouvelle, quelques paroles lui échappent et il est possible de conjecturer sur son rôle… C’est seulement dans les deux dernières nouvelles que l’on entrevoit la vérité.
Je l’ai beaucoup aimée. Elle est douée d’un cynisme et d’une lucidité qui n’ont de cesse d’agacer Jorian, mais aussi autre chose, comme de la sensibilité…

Mais finalement je dois reconnaître que le format de nouvelles m’a gênée…
Les nouvelles sont toutes liées par le personnage de Jorian, c’est un fait. Ce fil conducteur en soit n’est pas un souci : le détective cache bien des secrets et son attitude altière est piquante.
La forme courte ne me gêne pas non plus ; le mystère de chaque nouvelle est levé à la fin de celle-ci. Mais les lire ensemble, à la suite, donnait l’impression d’un roman « éclaté ». La lecture anachronique (c’est-à-dire lire les nouvelles sans en suivre l’ordre) ne me semblait pas judicieuse, puisqu’il semble clair que les talents et états d’âme du lord suivaient une évolution.
Dans le même temps, il m’a presque été impossible de m’attacher aux personnages ; je ne parle pas de ceux ponctuels, mais bien de Jorian et la Corneille.
J’en ressors avec l’idée que le jeune homme est un peu trop arrogant, et que c’est moyennement agréable. Son aura de mystère n’a pas suffit à me le faire apprécier…
La Corneille m’a davantage intéressée, mais on la voyait furtivement, laissait quelques indices, et son secret se révélait à la fin de la dernière nouvelle (quoique pas assez clairement à mon goût). Bref, j’ai eu l’impression qu’il y avait eu un travail pour pousser un peu le passif des personnages centraux, mais que le format de nouvelles qui s’enchaînent n’était pas l’idéal.

Et les enquêtes sont très vite closes, sans que nous n’ayions vraiment eu droit aux éléments – notamment dans la première nouvelle où je me suis contentée des dire de Jorian qui semblait avoir « cherché sans nous ».
Je sais que ce sont des nouvelles, que ce doit être court et efficace, mais j’ai trouvé cela un peu expéditif tout de même :s

Enfin, les nouvelles sont parsemées d’un brin d’érotisme. Le lord est un charmeur, je l’ai dit. Si séduire est une part de son art pouvant lui être utile de diverses façons, Jorian aime aussi tout simplement goûter au plaisir de chair.
Je ne suis pas très sensible à l’atmosphère « moite » qui se mettait en place, mais elle avait le mérite de dévoiler un petit peu plus du caractère de Jorian et de tenir lieu pour certaines fois d’interrogatoires – sachant que je déplorais parfois l’éloignement au but policio-fantastique, je devais bien m’en satisfaire u_u

En résumé, je reste assez mitigée quant à cette lecture. J’ai beaucoup aimé la plume et l’atmosphère du recueil, mais j’ai eu l’impression de lire un roman un peu décousu essayant tant bien que mal de mener à l’éclatement du mystère qui planait autour du protagoniste, que je n’ai pas réussi à aimer malgré son charisme…

Et vous, connaissiez-vous ce livre ?
Qu’en pensez-vous ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s