Chroniques littéraires

Le Rosier de Julia, Frédéric Doillon

Auteur : Frédéric Doillon | Genre(s) : Conte contemporain | Nombre de pages approximatif :  80| Autoédition | Parution : Octobre 2018
Couverture par Aurélie Benssoussan

Trouvable sur Amazon (Broché : 6,95 ; Kindle : 4,95 )

Résumé :
« Soudain, elle se ravisa. A toute allure, elle revint vers son rosier, et d’un coup sec, l’arracha de terre. Elle l’enfouit sous son pull et courut vers la voiture. »

« Julia vit à la campagne, dans la maison du Bonheur. Elle ne va pas à l’école et apprend à lire grâce aux plantes du jardin. Un jour, elle trouve une petite branche de rosier, toute rabougrie. Elle le sauve et le rosier grandit!

Mais un jour, il faut partir à Paris. Cet arrachement à la terre est difficile et nécessite une adaptation hors du commun.

Avec beaucoup de poésie, une touche de féerie et une pincée de fantastique, Julia vous emmènera dans un voyage que vous n’oublierez pas.

Une histoire entre Le Petit Prince et Femmes qui courent avec les loups. »


2copmia Mon avis :
Je remercie mille fois Frédéric Doillon de m’avoir envoyé son magnifique livre yellow-heart_1f49b Merci  pour votre confiance !

J’ai eu le plaisir de lire ce petit roman entre deux partiels, et ciel ce que cela faisait du bien ! Comme une parenthèse, une petite bouffée de fraîcheur et de douceur, alors que je nageais en plein stress…
L’histoire de cette enfant attachante et pleine de vie m’a permis de souffler un peu, et rêver aussi…

Déjà, j’aimerais commencer cette chronique en disant : merveille qu’est l’objet livre ! La couverture est incroyablement belle. Les couleurs sont tout en douceur, comme des touches d’aquarelles. Il y a de la poésie aussi et de la tendresse, avec la chevelure de la jeune fille entrelacée de fleurs, cette maison qui semble si loin…
L’illustratrice a dépeint l’essence même du livre. Et c’est tellement joli !
Aussi, c’est peut-être farfelu, mais mon premier constat lorsque j’ai eu le livre entre les mains, c’est que j’ai eu l’impression que la couverture était particulièrement soyeuse au toucher yellow-heart_1f49b

Le résumé, ensuite, est extrêmement succinct. Il nous présente une action brève, précipitée mais peu éloquente. Les personnages sont d’une certaine façon évoqués – le rosier et Julia – mais rien d’autre ne nous est donné…
Mais il faut lire, retrouver cette phrase, et continuer pour comprendre l’importance et la symbolique de cet acte.
L’histoire de Julia peut être un conte magique, une métaphore vaporeuse. Voir ses racines arracher à la terre où l’on est né, chercher la liberté et le bonheur comme une plante assoiffée cherche l’eau qui lui redonnera vigueur, s’épanouir enfin en embrassant ses envies. Points communs entre le rosier et Julia, ils sont aussi des images tout en finesse. Alors oui, j’ai en effet pensé au Petit Prince : de prime abord simple et limpide, l’histoire cache des réflexions, des beautés cachées à déterrer.

Le jardin qui nous est présenté au début de l’œuvre est réellement vivant. Les premières pages sont magiques, écrites avec une poésie teintée d’humour enfantin. Nous nous plaçons toujours dans la pensée de Julia d’ailleurs : le lecteur, de fait, se sent encore plus proche d’elle.
C’est un amour de la Nature total et sincère qu’éprouve Julia. Cette verdure, cette vie sera omniprésente autour d’elle. Touchante, la jeune fille a l’air d’une magicienne, ou d’une petite déesse miraculeuse.
L’écriture toujours très fluide suit l’étonnante croissance de la jeune fille, livre avec transparence ses pensées, narre une vie rythmée par des rayons de soleil et des averses de pluie.

L’histoire de Julia et de ce rosier est tout simplement magnifique ! Ils ne font qu’un. Leur symbiose parfaite transforme l’un et l’autre. Enfant-fleur douce et naturelle, plante vivante et sensible, ce n’est pas une histoire d’amour, pas une vraie amitié… c’est plus complexe, plus profond encore. C’est au travers d’une relation métaphorique que l’on voit Julia changer.
J’ai été surprise en lisant la façon dont ils nouent leurs liens, comment ils les développent. Liés comme deux doigts de la main, deux feuilles sur la même tige…
À vous de découvrir ce que j’entends par ces mots !

En résumé, ce n’était pas moins un livre qu’un rêve que j’avais entre les mains…

Et vous, connaissiez-vous ce livre ?
Qu’en pensez-vous ?

Un commentaire sur “Le Rosier de Julia, Frédéric Doillon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s