Chroniques littéraires

Ronces blanches et Roses Rouges, Laetitia Arnould


Auteure : Laetitia Arnould | Genre(s) : Réécriture de conte de fées
Nombre de pages approximatif : 230 | Maison d’édition : Magic Mirror, collection FORGOTTEN | Parution : 2017 | Couverture par Mina M Illustration

Résumé :
« Orphelines d’un passé dont elles n’ont aucun souvenir, Sirona et sa jeune sœur Eloane sont aussi différentes qu’inséparables. Quand leur tutrice, Iphigénie Whitecombe, fiance l’aînée à un inconnu, leur avenir sombre dans l’incertitude…
Pour échapper au mariage qui l’effraie et à la colère dévastatrice de Mme Whitecombe, Sirona prend la fuite.

Au cœur d’une forêt obscure et de sa propre tourmente, elle se fait toutefois la promesse : celle de revenir chercher sa sœur. Quitte à affronter l’ours qui rôde dans son sillage. Quitte à suivre les ronces blanches et les roses rouges. Quitte à croire en la magie.

Mais c’est sans compter sur l’énigmatique pianiste qui compose une toile de mélodies enivrantes, dans son château où la nuit est synonyme de toujours…»

2copmia Mon avis :
     Tout d’abord, quel bonheur d’avoir fait la découverte de cette maison d’édition, qu’est Magic Mirror Editions yellow-heart_1f49bAmoureuse des contes de fées, j’aime l’idée de les reprendre.

Pour ce livre-ci, il s’agit du conte de Blanche-Neige et Rose-Rouge. Je le connais bien car il est le conte favori de ma mère, qui me le racontait souvent. C’est un conte à mon sens oublié à tort car il est vraiment beau.
Laetitia Arnould d’ailleurs le reprend à merveille ! Les deux sœurs qui sont comme jour et nuit, opposées mais liées; les roses et les ronces; l’ours, qui vient se réfugier, effrayant de prime abord,  attendrissant et bon en réalité; ce nain détestable et agaçant; le jeune homme ensorcelé…
Les éléments sont bel et bien là. Et pourtant il est aussi loin du conte original, qu’il lui est fidèle. La réécriture est réalisée avec génie.

Je suis complètement amoureuse du Pianiste. Il est aussi envoûtant que ses mélodies. Les chapitres dans son château où la musique et la nuit règnent sont certainement mes préférés. Comme Sirona, on est plongés dans une rêverie merveilleuse, un peu évanescente, charmante…

Je suis un peu triste que le personnage de l’ours, Artos, ne soit pas plus développé. C’est si bref, si rapide, à la fin…! Alors que je m’étais attachée à cet ours aux yeux pleins d’amour… j’aurais aimé apprendre à le connaître aussi…
C’est aussi un peu dommage qu’Eloane soit un petit peu oubliée par moments. Mais chaque fois que les deux sœurs se retrouvent, leur complicité et leur affection ressurgissent comme dans le conte yellow-heart_1f49b

J’ai adoré l’idée des titres de chapitre : ils sont les fils d’Ariane…
Le Postlude apporte une fin pleine de douceur à ce livre, adorable façon de quitter l’histoire.

En résumé, une œuvre sublime, qui a su reprendre ce conte adorable quoique oublié de Blanche-Neige et Rose-Rouge !

Et vous ? Avez-vous lu ce livre, ou d’autres œuvres du même auteur ? Ou de la même maison d’édition ? Que pensez-vous de l’idée de reprendre les contes ?
Dites-moi tout !

Retrouvez également mes articles sur Le Bois-sans-songe de la même autrice, Le Lac des Cygnes d’Alice Sola, et la Bête du Bois perdu de Nina Gorlier, toujours de Magic Mirror ~

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s