Chroniques littéraires

La Bête du Bois perdu, Nina Gorlier

Auteure : Nina Gorlier | Genre(s) : Réécriture de conte de fées
Nombre de pages approximatif : 340 | Maison d’édition : Magic Mirror, collection ENCHANTED | Parution : 2018

Résumé :

      « « La Bête est insaisissable.
Elle se glisse dans les sous-bois quand tombe silencieusement la nuit.
Elle rampe, rugit d’une rage sourde, prête à ravager les alentours de sa fureur meurtrière.
Et nul ne la rencontre sans en mourir.

La Bête n’a pas d’ombre.
Elle ne laisse aucune trace après son passage, si ce n’est le corps massacré de sa pauvre victime.
Dans la pâle lumière du soir, sa fourrure se marie à l’absence de couleurs. »

Depuis qu’elle a décimé sa famille, Sybil n’a qu’une obsession : tuer la Bête et trouver enfin la quiétude dans la vengeance.
Moins coquette que ses sœurs, moins prompte à se marier que les autres filles de son âge, la belle, éprise de liberté, préfère s’exercer aux arts de la chasse et manie l’arbalète avec courage.
Retenue au village par l’amour qu’elle porte à son père défaillant, elle finit par répondre à l’appel obsédant de la forêt le jour où la Bête frappe de nouveau.
Sait-elle qu’elle vient de poser le pied au cœur d’un labyrinthe inextricable fait de roses dorées, de contes oubliés et d’illusions démentes ?

Les rêves et les cauchemars, les histoires et les réalités se mélangent dans ce bois perdu où les reines mangent le cœur des jeunes filles, et où les princes se changent en monstres… »

2copmia Mon avis :

       Nouvelle lecture venue de Magic Mirror Editions !
J’ai déjà mentionné deux fois sur le blog cette fabuleuse maison d’édition qui se concentrait sur la réécriture de contes, et des deux lectures que j’ai pu faire chez eux, c’était des œuvres superbes La Bête du Bois perdu, Nina Gorlier
J’ai commencé un peu après le nouvel an La Bête du Bois perdu de Nina Gorlier et l’article a un peu tardé malheureusement avec le déménagement, or j’avais grande hâte de vous en parler !

       Ce roman proposait de reprendre la Belle et la Bête, mais il est infiniment plus complexe que cela ! Alors oui, une horrible Bête terrorise les habitants du village, oui, la vaillante Sybil se substituera à son père désespéré qui voulait chasser le monstre… Oui, les bois sont le cadre de l’histoire… oui une Rose et un prince puni par une fée pour sa vanité sont bien des éléments-clefs de l’intrigue, il y a un miroir aussi…
Mais la réécriture est poussée beaucoup plus loin. C’était incroyable. L’on reconnaît le conte en effet mais… on croise plusieurs fois d’autres histoires ! Et ce, de façon absolument géniale, littéralement. Sans spoiler comment on les trouve, des contes comme le Chaperon rouge sont là. Je soupçonne même le Lutin Tracassin d’avoir une petite trace… Blanche-Neige n’est pas sans importance non plus. J’ai vraiment été surprise de la fusion des histoires… mais j’ai tout simplement adoré.

L’héroïne, Sybil, est également très intéressante. Entre courageuse, voire effrontée, et affirmée, elle connaît des moments de doutes aussi, et se remet en question. Elle peut être douce, découragée, perdue, rationnelle et logique, ou croire les contes de sa grand-mère…
D’ailleurs, j’ai beaucoup, beaucoup, beaucoup aimé le travail qui a été fait autour d’elle – j’entends, cette façon de développer sa psychologie, son intériorité. On pouvait vraiment s’attacher à elle, comprendre ses motivations… et c’est quelque chose que je trouve remarquable, que j’aime avoir avec les personnages car cela les rend « complet ».

Sa forme de folie/amnésie également est un bon point. Largement décrite et déployée, il nous arrivait de nous perdre aussi entre les illusions et les connaissances/croyances de Sybil. Surtout que le lecteur, par des phrases subtilement glissées, comprend et voit ce qui échappe à la jeune fille…

La rencontre entre le Magicien et Sybil est certainement mon passage préféré. Surtout qu’avec le chagrin, la colère… Tous deux ressentaient ces mêmes sentiments, qui trouvaient écho dans l’autre, mais sans provenir de la même blessure exactement…

Il y a de belles réflexions, mais celle qui prédomine et qui est la plus profonde est celle sur la peur en plus de celles sur le doute, la confiance en soi et dans nos convictions.
Nina Gorlier évoque le pouvoir de la haine. Mais aussi celui de la peur, en prenant l’horreur contenue dans les contes, tout en couplant avec la féerie et l’espoir qu’ils représentent.
Cette œuvre fait vraiment lieu des ténèbres des histoires. Les peurs les plus viscérales, les plus primitives. L’horreur des contes et leur côté le plus que sanglant : des loups, des sorcières, des ogres, mangent des enfants ; des maris tuent leurs femmes, des mères haïssent et veulent assassiner leurs fils et filles… Aussi magiques qu’ils soient, les contes sont sombres et baignent dans le sang…
Merci à Nina pour ce roman magnifique ! La Bête du Bois perdu, Nina Gorlier

En résumé, un énorme coup de cœur pour cette merveille qui montre tout à la fois la magie enchanteresse de ces histoires légendaires qui nous ont bercés et leur cruauté des figures qui les peuplent. J’ai adoré d’un bout à l’autre ce roman fabuleux qui, en plus de conjuguer les contes entre eux, parvient à nous faire frémir, nous faire réfléchir, nous attendrir, nous faire pleurer un petit peu aussi je l’avoue… Et puis, la plume est très belle et touchante.
Il restera définitivement dans mes romans coup de cœur  La Bête du Bois perdu, Nina Gorlier

Et vous ? Avez-vous lu ce livre ? Ou d’autres de la même maison d’édition ? Que pensez-vous de l’idée de reprendre les contes ?
Dites-moi tout !

Retrouvez également mon article sur Le Lac des cygnes d’Alice Sola et Ronces Blanches et Roses Rouges de Laetitia Arnould, toujours de Magic Mirror ~

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s